Accueil
Mi'dinettes
Mars
Betterave
Carotte
Topinambour
Céleri
Choux
Poireau
Mâche
Navet
Fruits secs
Pomme
Poire
P'tites fourchettes
Catégories
Archives
Boîte à outils


Newsletter


Maintenant que nous avons Elisa, la fête de Saint Nicolas prend un tout autre sens ! Quand nous étions petites, nos parents mettaient en scène la venue du Grand Saint d'une telle manière que nous n'avions compris leur doux mensonge que très tard... Nous y avons cru 'dur comme fer' pendant longtemps et j'ai toujours trouvé injuste que mes parents eurent la chance de croiser Saint Nicolas de manière régulière, au détour d'un magasin ou d'un restaurant, mais que nous le loupions à chaque fois... En tout cas, nous nous tenions 'à carreau' car nous n'étions pas à l'abri qu'ils révèlent à Saint Nicolas nos petites bêtises et que le grand barbu décide de nous punir en nous supprimant un ou deux cadeaux tant attendus !

Mais la fête ne se résume pas qu'aux cadeaux, il y a aussi toute la préparation de sa venue qui marque le début des fêtes de fin d'année. D'abord et c'est la condition indispensable... penser à être très sage dès la fin novembre ! Ensuite, récolter tous les catalogues de jouets qui remplissent nos boîtes aux lettres et passer une après-midi entière à découper et coller les beaux jouets que nous aimerions bien recevoir. Pour que ça ne fasse pas trop "intéressé", penser aussi à lui écrire une jolie lettre et pourquoi pas (ou pour les plus petits) un joli dessin ! La veille du jour J, déposer nos pantoufles devant la cheminée sans oublier une carotte ou un sucre pour son âne et un petit verre de Wisky (Pauvre Saint Nicolas, tout ce chemin a dû lui donner bien soif !). J'ai tout de même toujours trouvé étrange que chez certains copains de classe, Saint Nicolas préférait un verre de vin ou un verre de bière ou bien même un verre de lait... allez comprendre... Chez nous, ce sera un verre de Calvados qu'Elisa préparera avant d'aller se coucher ;-) Une fois que tout est prêt, les enfants vont au lit et, durant la nuit, le Grand Saint et son âne entre dans chaque foyer par la cheminée pour faire 'sa petite affaire' (vu la configuration de la cheminée chez nous, je n'ai jamais compris comment ce bonhomme faisait et encore moins son âne !).

La matin du 6 décembre, autant dire que les enfants sont plutôt d'humeur matinale... chez nous, Saint Nicolas prenait soin de fermer la porte du salon à clé et de la confier à mes parents histoire de leur assurer quelques heures de sommeil en plus ;-) Une fois que tout ce petit monde debout, la tension est à son comble et nous pouvions ENFIN découvrir si le Grand Saint était passé. Nous contrôlions toujours si le verre de whisky était bien vide (preuve ultime que Saint Nicolas s'était bien arrêté chez nous... sinon, le verre serait encore plein, vous comprenez bien ;-) ) et la carotte à moitié mangée par l'âne... Nous voilà rassurées, place aux déballages de cadeaux et mise en commun des confiseries. Le salon était rempli de cadeaux, de mandarines, de spéculons et de massepain ! De quoi faire tourner la tête aux plus incrédules !

Quand je me remémore ces moments, j'en ai encore des étoiles dans les yeux ! Maintenant, c'est à nous de faire vivre ces moments magiques à Elisa et c'est avec beaucoup d'excitation que je prépare méthodiquement cet évènement. Et comme chaque foyer a ses propres traditions, à nous de créer les nôtres en se basant sur ce que nous avons vécus étant petits. Et je dois dire que de passer l'après-midi à confectionner du massepain ferait bien partie de ce que j'aimerai reproduire dans les années à venir.

En parlant de Saint Nicolas et de cuisine, savez-vous que quand, le soir, le ciel se pare de 1000 couleurs allant du rose à l'orange, il se dit ici que c'est Saint Nicolas qui fait cuire des spéculos ;-) 

Traditionnellement, le massepain n'est composé que d'amandes et de sucre. Pour accentuer le goût des amandes, vous pouvez y ajouter quelques gouttes d'extrait d'amandes amères. Je ne le fais pas ici car je parfume ma pâte avec des zestes de mandarines (si vous ne trouvez pas de mandarines bio, n'hésitez pas à le remplacer par le zeste d'une orange bio, ce sera tout aussi bon !) 

 

Mélangez tous les ingrédients en pétrissant longuement pour obtenir une pâte bien homogène et non collante.

Laissez la pâte d'amandes reposer au frigo deux heures.

Préchauffez le four à 150°C.

Aplatissez la pâte pour obtenir une épaisseur de 5mm environ et découpez-la à l'aide d'un emporte pièce.

Disposez les formes sur un papier de cuisson sur une plaque allant au four et enfournez pendant 20 minutes.

Sortez les massepains du four et laissez refroidir sur la plaque. 

 

// écrit par nath // 4 décembre 2015

© mi'dinettes  

 

* Vous pouvez préparer du massepain cru... procédez de la même manière mais n'enfournez pas le massepain. Conservez-le en 'boudin' dans du film alimentaire au frigo.

Vous pouvez parfumer le massepain (ou non) avec des zestes d'orange, de l'eau de fleur d'oranger ou de rose, de la cannelle, du cacao, des morceaux de noix très finement hachés ou avec des Huiles Essentielles de bergamote ou de citron par exemple (en prenant les précautions d'usage).

 

 

Je savais qu'une fois le réveillon du nouvel an passé, les jours allaient s'enchaîner à une vitesse folle... et pour cause, 2016 marque le début de deux grandes aventures pour notre famille.

Tout d'abord, Elisa est (déjà!!) rentrée à l'école ! Elle a fait ses premiers pas au sein de sa nouvelle école à la rentrée de janvier... Elle a super bien géré ce changement de cap (il faut dire qu'elle attendait cette rentrée avec beaucoup d'impatience - moi un peu moins ;-) ) et nous parle déjà de ses nouveaux petits copains avec qui elle aime particulièrement jouer... Personnellement, cette rentrée me semble plus difficile à vivre... je dois apprendre à ne RIEN savoir sur ce qu'elle fait de sa journée, à la récupérer tous les jours complètement débraillée et à courir derrière ses affaires tous les soirs à travers les couloirs l'école... Je l'ai même récupérée un jour avec, à ses pieds,  les chaussures d'un autre enfant...  Bref, je serre un peu les dents et me persuade que je vais vite m'habituer à cette nouvelle vie... le plus important de toute façon, c'est qu'elle rentre heureuse de l'école et impatiente d'y retourner le lendemain !

Le deuxième gros changement est que nous nous préparons à vivre quelques gros mois de chantier dans notre maison... c'est une étape importante pour nous, et elle commence, inévitablement, par un énorme tri de toute la maison... nous remplissons donc avec beaucoup d'acharnement les bennes pour les Petits Riens, les contenaires des encombrants et essayons de revendre ça et là nos affaires qui ne nous servent plus... je peux vous dire qu'après ce gros tri, on fera plus attention à ce qui rentrera chez nous après les travaux !! C'est incroyable le nombre de chose qu'on garde juste pour le 'au cas où'... bref, ça nous demande beaucoup d'énergie mais ça fait un bien fou de se délester de toutes ces affaires qui ne font qu'encombrer notre maison et notre vie !

Entre les changements d'horaire dûs à l'école et nos caisses, nous essayons, malgré tout, de prendre du bon temps avec Elisa... étant donné que tous ces changements me donnent envie de faire "bien" les choses... j'avais décidé, la veille de la rentrée, de faire ces petits cookies avec Elisa pour ses collations de la semaine... Pour cette recette je me suis inspirée d'un petit livre très sympa 'N'oublie pas ta boîte à tartines!" de Aude Lafait (éditions Soliflor). J'ai été séduite par la simplicité de cette recette, j'y ai ajouté des morceaux de chocolat pour plus de gourmandise :-P (Bon, tout ça, c'était avant de savoir que les collations de l'école ne pouvait être composées QUE de fruits, fruits secs et tartines... finalement, je ne peux qu'approuver !). 

 

Préchauffez le four à 180°C.

Hachez très grossièrement le bâton de chocolat.

Mélangez tous les ingrédients dans un bol jusqu'à obtenir une pâte homogène.

Disposez un papier sulfurisé sur une plaque de cuisson.

Façonnez des petites boules de pâte (de la valeur d'une cuillère à café plus ou moins) et acrésez les un peu avec une fourchette.

Enfournez et laissez cuire pendant 20 minutes. 

 

// écrit par nath // 17 janvier 2016

© mi'dinettes  

 

* à mon avis, ça doit aussi être bien sympa avec de la purée d'amandes blanches ;-)

 

 

Je garde souvent les 'restes' de légumes (verts de poireau, tiges de brocoli, feuilles de céleri, fanes en tout genre etc) pour en faire de la soupe. Ayant emprunté le déshydrater de ma mère, j'avais envie de m'essayer à réaliser moi-même mon bouillon en poudre. Après tout, j'avais dans mon frigo tous les ingrédients dont j'avais besoin et un déshydrater qui n'attendait que ça ! Adieu cubes industriels et bienvenue petite poudre magique maison pour agrémenter bon nombre de mes préparations.

Cette recette est ultra simple (j'ai presque honte de l'appeler 'recette') mais il vous faudra un déshydrateur... (si vous avez encore l'enveloppe de Noël de Mamy et que vous n'avez pas encore trouvé l'idée géniale pour vous faire plaisir, voilà qui est fait - ne me remerciez pas ;-) ).... pour le reste, ce n'est que de la découpe et votre machine s'occupe du reste ! Profitez-en pour y mettre vos petits légumes qui commencent à se rabougrir dans le fond de votre bac à légumes... Les ingrédients que je donne ici correspondent à ce que j'avais sous la main, mais tout est possible; n'hésitez pas à y mettre du fenouil, des herbes aromatiques, des peaux de tomates, des champignons... tout est absolument envisageable. Je garde tout de même comme base des verts de poireaux, du céleri et des carottes... mais à vous de voir. Je ne mets volontairement pas de sel dans ma recette, cela me permettra de pouvoir l'utiliser à ma guise et de saler en fonction de son utilisation du moment. J'ai placé ma petite poudre dans un joli bocal en verre que je laisse à disposition sur mon plan de travail, j'en parsème un peu partout; pas exemple, dans les soupes bien entendu mais aussi sur des pommes de terre vapeur, dans l'eau de cuisson de mes céréales ou pâtes, dans un plat mijoté, dans du fromage blanc pour en faire des dips, dans du houmous, dans une vinaigrette... Amusez-vous :-)

 

Découpez tous vos légumes et déposez-les sur les grilles du déshydrater sans les superposer.

Laissez sécher 8 heures environ (voir votre mode d'emploi) à 50°.

Une fois les légumes bien séchés, mixez-les avec le laurier, le curcuma et les algues en une poudre fine.

Réservez dans un bocal. Cette poudre se conserve looooongtemps à l'abri de l'humidité!

 

// écrit par nath // 31 janvier 2016

© mi'dinettes  

 

* Avant de jeter vos restes et épluchures de légumes à la poubelle, posez-vous la question de savoir si ils peuvent entrer dans la composition de votre bouillon maison, il y a fort à parier que OUI :-) Déposez-les au fur et à mesure dans une boîte au frigo et dès qu'elle est pleine, sortez votre déshydrateur... voilà vos poubelles allégées et votre réserve de poudre de bouillon toujours opérationnelle !

 

 

 

Mais quel été les amis! Aucune excuse pour ne pas profiter des bonnes choses que cette saison nous offre; la sacro-sainte crème glacée ne fera pas exception! Même si les températures sont plutôt aux plats mijotés et aux gaufres chaudes, pas de raison de se priver de cette petite merveille.

Je viens d'acquérir un nouveau joujou et je m'amuse comme une petite fille... j'ai ENFIN une sorbetière! Yihaaa!

Avant de l'utiliser, je l'ai regardée dans tous les sens, on devait s'apprivoiser elle et moi, je n'avais JAMAIS fait de glace maison (sisi!)

Quel plaisir, les possibilités sont infinies, au gré de mes envies et de mes folies... du sur-mesure pour une gourmet-gourmande comme moi! La recette a été faite pour mon homme qui vénère totalement le caramel beurre-salé, je savais que j'aurais un bon client pour ma première. 

Maintenant, l'été peut arriver, ou pas, personneilement, je me régale et me console avec mes délicieusement-jolis cornets maison.

Au pire, je les mangerai en tong sur ma terrasse ou en chandail devant le feu ouvert :) !

 

Pour la crème caramel

Versez le sucre dans un poêlon et ajoutez un cuiller à café d'eau. Sur feu vif, faites caraméliser le sucre.

Lorsqu'il devient doré, ajoutez le beurre hors du feu. Lorsque celui-ci a fondu, ajoutez la crème. Remettez sur le feu jusqu'à ébullition et fouettez pour rendre le mélange homogène. Laissez refroidir le caramel en remuant.

 

Pour la glace

Dans un bol, fouettez les jaunes d'œufs avec le sucre jusqu'à faire mousser le mélange et le blanchir.

En même temps, faites chauffer le lait et la crème juste avant l'ébullition.

Ajoutez la crème caramel et mélangez jusqu'à ce que cela soit homogène.

En continuant de mélanger, versez sur le mélange œufs-sucre. 

Remettez sur feu doux et mélangez jusqu'à ce qu'il épaississe.

Le mélange doit "napper" la cuiller. Laissez refroidir.

Passez le tout à la sorbetière pendant le temps indiqué (chez moi, 30 minutes)

 

 

// écrit par diane // 11 août 2016

© mi'dinettes  

 

 

* Pour les plus gourmands vous pouvez doubler la dose de crème caramel sans problème.

* Pour les caramel addict, la version top of the pop est avec des morceaux de caramel mou incorporés à la glace.

(50g de sucre-25g de beurre salé- 30cl de lait)

Mélangez le tout dans une casserole en chauffant doucement et en mélangeant. Dans un moule à tarte, versez le caramel devenu blond et étalez-le finement. Laissez refroidir.

Coupez en petits morceaux et incorporez dans la glace ou décorez au moment de servir!

 

 

La vie d'une blogueuse est régulièrement ponctuée d'invitations à venir découvrir un nouveau produit très certainement révolutionnaire, d'un nouveau lieu qui deviendra à coup sûr le 'Place To Be' et de présentations sur des sujets divers et variés... Nous essayons de faire un tri très sélectif lorsque nous recevons ce genre d'invitation. Malgré tout, nous sommes aussi amenées à faire de belles rencontres et à apprendre mille et une choses autour de la cuisine. Lorsque nous avons reçu une invitation pour rencontrer Martine Fallon, je peux vous dire qu'il ne nous a pas fallu 2 secondes pour y répondre positivement ! Nous nous rendons bien compte de la chance que nous avons car ce genre d'évènement n'est réservé, en général, qu'à une poignée de chanceux !

Nous voici donc en route pour aller écouter ce petit bout de femme, pleine de vie et d'enthousiasme. C'est le stylo affuté et l'oreille attentive que nous essayons de capter tout ce que Martine a bien voulu partager avec nous le temps d'un délicieux lunch.

Martine est tombée dans la cuisine de l'Energie suite à une vie bien (trop) remplie. Elle était à la tête d'une affaire de prêt-à-porter, avait une vie sociale très VIP, maman d'une petite fille et femme accomplie... telle une geisha, elle menait tout de front... S'en suit, comme beaucoup de femme malheureusement, un burn out et un très grave accident de la route. Pour lui permettre de reprendre sa vie en main et de surmonter ces moments difficiles, elle décide de se tourner vers la diététique énergétique. Elle découvre ainsi la magie austère du riz et du poisson vapeur. Triste assiette, triste pensée! Malgré tout, elle constate que ça fonctionne; la voici maintenant avec une énergie débordante ! Elle décide alors de transformer ces recettes si tristes en petits plats terriblement gourmands. Elle fait la part belle aux fruits et légumes de saison, aux poissons et viandes de qualité et cherche dans les épices cette touche d'inattendu qui rendra tous ces produits irrésistiblement délicieux...

A cette époque, c'est aussi la période noire de la vache folle. Ses amis se tournent vers elle pour qu'elle puisse les aider à transformer leur alimentation et pour qu'elle leur apprenne les bases de la diététique énergétique sous couvert de ses délicieuses recettes. Sa nouvelle voie était donc toute tracée. Elle allait donner des cours, animer des présentations, proposer des cures détox et même écrire des livres sur le sujet... et ça marche ! Martine nous livre une cuisine saine, savoureuse, pleine d'énergie qui nous permettra de retrouver une vitalité perdue, de perdre quelque kilos au passage (mais juste ce qu'il faut) et de revivre en pleine santé. Il est bien connu que nous sommes ce que nous mangeons ! Cette petite phrase, toute simple, illustre tellement bien le message que Martine nous envoie.

Les bases de la cuisine de l'énergie consitent à éviter autant que possible les aliments acidifiants et à préférer les aliments basiques,  à se nourrir de bons fruits et légumes (pas moins de 700 gr par jour et par personne et issus de l'agriculture biologique idéalement) et à dissocier les aliments au cours du repas pour éviter les désagréments d'une digestion compliquée.

Notre état cellulaire dépend directement de nos choix alimentaires. Dans l'alimentation, nous trouvons des aliments acides qui sont par définition corrosifs. Ces aliments contiennent des minéraux acides comme le soufre, le chlore, le phosphore... Les aliments basiques contiennent eux des minéraux alcalins comme le magnésium, le potassium, le calcium... Le taux d'acidité dépend d'un aliment à l'autre mais aussi d'une saison à l'autre, de sa maturité et de sa fraîcheur (par exemple, une tomate cueillie en hiver sera acide alors que cueillie en été et à maturité, elle sera tout à fait correcte).

Pour savoir si un aliment est acide ou basique, nous ne fierons pas à son goût : le citron qui est acide au goût et un aliment basique à consommer sans modération et le sucre blanc, si doux pour nos papilles, est une bombe acide ! La méthode de conservation, de préparation et de cuisson d'un aliment a aussi toute son importance. C'est bien dommage de choisir de beaux légumes de saison d'une fraîcheur irréprochable si nous le tuons avec une cuisson trop forte... privilégions les cuissons basse température, la vapeur douce, la déshydratation...

Notre corps, pour fonctionner correctement a besoin de neutraliser l'acidité. Si nous ne lui donnons pas suffisamment de bases, il compensera en puisant dans nos tissus, nos os ou nos neurones par exemple... Mais ces réserves ne sont pas inépuisables ! Bref, c'est le vieillissement assuré ! Cela explique pourquoi autant de personnes souffrent d'ostéoporose, de rhumatisme, d'eczéma, de démangeaisons, de rides, de pertes de cheveux, de ballonnements, de fatigue, de perte d'immunité et d'énergie (pour ne citer que cela). Tous les aliments acides ne sont pas à fuir pour autant ! A nous de trouver le juste équilibre... Par exemple, les protéines (acide) nous sont essentielles pour composer une assiette équilibrée et pour la construction cellulaire. Il n'est donc pas nécessaire de les chasser de notre alimentation mais de bien les choisir, d'en manger en petite quantité tous les jours et de choisir une cuisson douce pour ne pas l'agresser. Idem pour les céréales (on les choisira complètes), elles sont indispensables pour nous assurer notre apport en glucose et ses fibres nous évitent les fringales (qui nous pousserons inévitablement vers des aliments super acides!). On essayera de consommer 75% d'aliments basiques et 25% d'aliments acides.

Pour s'y retrouver entre les éléments basiques et acides, Martine nous livre une petite liste bien utile : 

Les aliments très basiques : les légumes à feuilles vertes , les légumes et fruits frais (- de 2 jours de récolte), graines germées et jeunes pousses, algues, citrons, amandes pelées et prétrempées, avocats, châtaignes et noix, huîtres... 

Les aliments basiques : Les légumes frais (+de 2 jours de récolte), olives noires, riz complet, quinoa, maïs, légumineuses germées, huiles de première pression, pommes de terre, oeufs, pêches, bananes, pommes, poires, figues, mirabelles, melons, grosses fraises, raisins, dattes, raisins secs, laits végétaux, thés verts... 

Les aliments acides (mais avec un bonus santé) : Rhubarbes, tomates, épinards, cresson, olives vertes, champignons, asperges, pain complet au levain, légumineuses, miel, fruits secs (sauf amandes pelées et prétrempées), fruits hors saison, groseilles, cassis, framboises, petites fraises, ananas, poisson et poulet,...

Les aliments acidifiants (à consommer avec modération) : Protéines animales, produits laitiers et crustacés, pains, pâtes, légumineuses non germées, ... 

Les aliments très acidifiants (à ne pas consommer) : conserves, sucre blanc et dérivés, chocolats et confiseries, pâtisseries, alcool, ketchup, mayo industrielle, sauce salade, café et thé noir, huiles transformées, jus de fruits en conserve, sodas, préparations industrielles, ... 

La dissociation des aliments nous permettra aussi de nous sentir mieux. En effet, l'organisme a besoin de certaines enzymes pour digérer correctement les aliments. Lorsque nous ingérons toutes sortes d'aliments à la fois, le corps ne parvient pas à trouver les enzymes correspondant à chaque nutriment (c'est un peu le bazar dans l'estomac)... de plus certaines enzymes vont se neutraliser l'une l'autre et donc la digestion devient plus compliquée avec les désagréments qui vont avec. Par pallier à cela, Martine nous suggère d'associer certains aliments pour optimiser l'action des enzymes. Voici le BA.BA à retenir sur la dissociation des aliments : le cru avant le cuit (nous avons  besoin des enzymes du cru pour digérer le cuit) / pas d'eau pendant le repas (trop de liquide dans l'estomac va diluer les sucs gastriques et réduire l'efficacité de la digestion) / légumes+céréales à midi / protéines+légumes le soir / pas de fruits pendant ou après le repas (sauf pomme, ananas et papaye qui possède les enzymes pour digérer les protéines et pour éviter la fermentation) / pas de fruits doux (banane, figues, mangues) avec des fruits acides (fraises, ananas, grenade) / pas de mélange de produits laitiers avec des protéines animales / éviter d'associer différentes protéines animales au cours d'un même repas (évitons donc l'entrée de poisson et le steak en plat) / pas de légumineuses avec des protéines animales (par contre, on les associe avec les céréales).

Concernant les sucres, c'est simple, on les évite autant que possible !!!

Outre le fait de 'faire le ménage' dans notre assiette, pourquoi ne le ferions nous pas dans notre vie quotidienne, on s'octroie donc de belles balades au grand air et on se décide (enfin) à pratiquer une activité sportive douce (c'est bientôt les bonnes résolutions, pourquoi ne pas décider de prendre soin de soi... c'est tout le bon qu'on vous souhaite déjà pour 2015!).

Malgré les apparences de tout ce qui est expliqué ci-dessus, Martine ne nous impose pas de suivre ces préceptes à la lettre. Elle ne souhaite pas que nous devenions des ayattolahs de la cuisine énergétique mais juste que nous intégrions ces principes dans notre vie de tous les jours (qu'elles deviennent de bonnes habitudes de vie) et surtout, nous permettre, de temps en temps, un bon poulet rôti en famille ou un chouette resto avec les copines... c'est aussi ça prendre soin de soi. Savoir ce qui est bon pour nous sans pour autant nous priver de tout le reste... Un bel équilibre à adopter pour (re)devenir des êtres sains, bourrés d'énergie et d'amour !

Voici donc en résumé, ce que nous avons appris. Autant vous dire que ce n'est qu'une synthèse, il y a encore tellement à dire ! Nous ne souhaitons pas ici vous dire ce qui est bien et ce qui est mal en matière de nutrition (nous ne sommes pas nutritionnistes) mais juste vous transmettre un peu de notre enthousiasme par rapport à cette cuisine si riche en saveurs.

Pour vous mettre l'eau à la bouche, voici le menu proposé par Martine ce jour-là (ce qui a fini par totalement nous convaincre) : mousse de betterave au raifort et pain esseinien, rouleaux de printemps aux légumes crus de saison et sa petite sauce au tamari, soupe d'orties (super fraîches, juste cueillies le matin même), poisson blanc et ses légumes croquants au curry doux, cheesecake aux mûres et noix (gâteau cru réalisé par Dilara Feray, la fille de Martine). Et pour ne pas repartir les mains vides, Martine nous avait préparé des petits sachets de mélange d'épices aux algues que j'ai pris beaucoup de plaisir à parsemer sur mes légumes vapeurs les semaines qui ont suivis ce lunch. Je vous laisse la recette ici (qui sera du plus bel effet sur vos tables de fêtes ou comme petit cadeau gourmand à offrir à vos proches ;-) ) 

 

Mélange d'épices aux algues de Martine :

Blendez grossièrement 1 càs de coriandre en grain, 1 càs de baies de poivre rose, 1 càs de sel rose (dernièrement, je l'ai refait avec de la fleur de sel), 1 càs de piment d'espelette, 4 càs de salade du pêcheur (mélange d'algues séchés en vente en magasin bio). Mettez et pot et placez-le à table. Ce mélange est idéal pour les légumes cuits à la vapeur ou le riz et les pâtes... 

 

// écrit par nath // 6 décembre 2014

© mi'dinettes  

 

* Si vous souhaitez aller plus loin et découvrir les délicieuses recettes de Martine Fallon, nous ne pouvons que vous conseiller de vous procurer son dernier livre 'La cuisine de l'Energie' aux Editions Les Arènes (mon préféré de cet auteur) et de vous inscire à sa page Facebook (elle n'est pas radine en infos et recettes ;-) )

 
« DébutPréc12345678910SuivantFin »

Page 6 de 12