Accueil
Mi'dinettes
Juin
Carottes
Radis
Chou Rave
Chicon
Epinards
Laitue
Pomme de terre
Salade de blé
Petits pois
Rhubarbe
Fraises
P'tites fourchettes
Catégories
Archives
Boîte à outils


Newsletter

Je dois vous avouer que cette recette, je l'ai testée il y a déjà quelques mois... c'était un soir, j'étais seule, en plein rush boulot... J'avais préparé ce petit snack ultra rapide en me disant que je prendrai bien le temps de prendre des photos le lendemain matin pour pouvoir les mettre sur le blog...

Je ne sais pas comment ça se passe chez vous, mais quand je travaille dur jusqu'aux petites heures du matin, je deviens quasi boulimique ! Tout ce qui ressemble à de la nourriture arrive souvent comme par enchantement sur mon bureau et je picore jusqu'à n'en plus pouvoir. Evidement, je me réservai ces petites noix de cajou pour le lendemain,... et puis je me suis dit, que je pouvais bien picorer juste les 'cassées-pas photogénique-trop brunes-biscornues'...oups, voilà que j'avais mangé tout le bol, ne laissant aucunes rescapées pour mon shooting photo du lendemain...

Pas grave ! Cette recette est tellement simple et rapide, que je me suis promise d'en refaire très vite... en me jurant de les prendre en photos AVANT de les entamer :-)... mais c'était sans compter sur la passage de ma voisine ! 

Voici donc une recette express d'un petit snack qui trouvera sa place pour un apéro avec les copains, pour une soirée télé ou tout simplement pour un petit snack salé à tout heure de la journée... N'hésitez en tout cas pas à les préparer quand vous avez un peu de temps, elles se conservent très bien et tomberont à pic en cas d'imprévus !

 

La veille, placez les noix de cajou avec la sauce Tamari dans un pot avec un couvercle. Secouez le pot plusieurs fois quand vous passez devant pour bien mélanger la sauce et les noix.

Le lendemain, préchauffez le four à 150°. Disposez les noix sur la plaque du four recouverte d'un papier de cuisson.

Enfournez pendant 25 minutes en les mélangeant 2 fois en cours de cuisson. Les cajous sont prêtes quand elle sont sèches et bien dorées. Laissez les refroidir avant de déguster.

Elles se conservent très bien dans une petite boîte hermétique mais je ne suis pas en mesure de vous dire combien de temps puisque qu'elles disparaissent toujours dans la journée ;-)

 

 

// écrit par nath // 11 juin 2016

© mi'dinettes  

 

* Si vous ne trouvez pas de Tamari (souvent en vente dans les magasins bio), remplacez-le par de la sauce soja.

La sauce soja est d'origine chinoise et le Tamari est japonaise... mais il y a d'autres différences :  les principales sont que la sauce Tamari est moins salée que la sauce soja et ne contient pas de gluten puisque les céréales n'entrent pas dans sa composition (pour les personnes sensibles, c'est un point qui peut avoir son importance)... Par contre, il n'est pas rare que du Glutamate soit ajouté au Tamari, lisez les étiquettes avant de faire votre choix.

Dans mon placard, c'est donc la Tamari qui a ma préférence et je l'utilise exactement comme la sauce soja. Vous trouverez sur internet plein d'infos intéressantes sur le sujet.

 

 

Bon bon bon, on est vendredi, la semaine a été longue et rude [point de vue météorologique j'entends] donc, on a mérité sa junk food! Ouiiii, le voilà, LE point positif du temps pourri!

Il faut se réchauffer le cœur, le corps et l'esprit! 

Bon, j'adore le principe du burger, mais -Mi'dinettes-que-je-suis-oblige- il me le faut quand même un chouia "raffiné" sans délaisser le côté gourmand [jamais]. N'étant pas trop burger de kermesse, ni de fastfood classique, j'ai mes petits trucs pour rendre ce moment juste incroyablement gourmand.

Il me faut d'abord un VRAI bon pain burger. Soit en le préparant soit même [l'odeur de la cuisson du pain a aussi un effet bénéfique sur le moral, sisi], soit en trouvant une bonne boulangerie, digne de ce nom. Check.

Ensuite, trouver une toute bonne viande. Ici j'ai mis le poulet à l'honneur, même si je suis une fanatique de viande rouge,…le poulet offre un côté légèrement plus en accord avec une éventuelle opération bikini [on peut toujours rêver non?]… l'été finira bien par arriver!

Bref, un poulet se doit d'être fondant et si il est caramélisé c'est encore mieux.

Pour la sauce, j'ai mis l'accent sur les herbes. Rien de tel qu'un bon pesto, pas trop lourd non plus [on se rattrapera sur les frites sinon].

A vos fourneaux, et mangez-le(s) avec les doigts, c'est encore meilleur!

 

Pour le poulet (marinade):
Pressez le citron.
Mélangez le jus à 2 càs d’huile d’olive.
Ajoutez-y les gousses d’ail pressées, le miel et le sésame (une belle poignée).
Assaisonnez de piment d’Espelette, poivre-sel.
Incorporez le poulet préalablement détaillé en aiguillettes. Mélangez bien.

Réservez au frais pendant 1 à 2 heures.


Pour le pesto de pourpier :
Mixez 60g de pourpier, 20g d’amandes, 30g de parmesan (râpé), 4 càs d’huile d’olive, poivre-sel.
 
Une fois le poulet prêt, poêlez-le dans un peu d’huile d’olive.
Il a déjà “cuit” avec la marinade donc ne le laissez pas trop sur le feu afin de le garder bien moelleux.


Coupez les pains en deux.
Nappez de pesto, suivez d’une tranche de fromage, recouvrez d’un peu de feuilles de pourpier.
Disposez les aiguillettes par dessus, couvrez de pesto et refermez votre burger.


Pour les plus gourmands, accompagnez de frites maison [et de sauce mayo, maison, c'est encore meilleur!]. Miam!

 

// écrit par diane // 3 juin 2016

©mi'dinettes  

 

 

* Si vous êtes végétarien, rien ne vous empêche de remplacer le poulet par un beau champignon portobello juste grillé avec une pointe d'ail et full herbes.

* Le pesto a été réalisé avec du pourpier afin de ne pas multiplier les herbes/salade mais déclinez-le  en fonction des vos plantes aromatiques, tout est bon tant que c'est fait avec amour!



   

 

 

Il y a quelques mois, Elisa m'avoua que les petits cakes que je lui mettais dans sa boîte à collation ne lui plaisaient pas du tout ! Il faut dire que depuis sa rentrée à l'école, nous jonglons entre les travaux, une vie professionnelle bien remplie et deux déménagements successifs... J'ai donc cédé à la facilité en me laissant tenter par les petits gâteaux industriels... ce qui n'est pas du tout au goût d'Elisa !!! Quand je l'ai compris, j'étais partagée entre un peu de découragement (comment puis-je faire ses collations moi-même avec le temps qui me file entre les doigts ?) et une certaine fierté de voir ma petit puce préférer des petites confections maison.

Il me fallait donc rebondir sur cet aveu et changer un peu mon organisation pour pouvoir lui offrir ses petits goûters 'tout comme il faut'... Mais n'allez pas croire que je m'y colle seule... cette petite "contrainte" est devenue un moment de partage en cuisine ! Tous les dimanches, nous cuisinons en famille les goûters de la semaine... et nous en prenons beaucoup de plaisir :-) Et vous savez quoi? ça ne me prend pas plus de temps que cela... un peu d'organisation, une bonne petite recette de base ultra-facile et 20 minutes plus tard, toutes les collations de la semaine sont prêtes... ça vaut vraiment le coup non?

Question conservation, je lis toujours que les petits cakes de ce genre se gardent bien dans une boîte hermétique... personnellement, je trouve que les mini gâteaux sèchent très (trop) vite et que ils perdent beaucoup de moelleux au fil des jours. J'ai donc testé de les congeler dans une boîte. Tous les matins, je sors un gâteau que je glisse dans le cartable. A 16h, tout est complètement décongelé et bien frais... C'est donc ce mode de conservation que je privilégie ;-). Je me sers de cette recette de base que je décline toutes les semaines... cette recette est vraiment déclinable à souhait. Ici, il me fallait terminer un ravier de fraises, l'association était toute trouvée... et quel plaisir de découvrir  au centre d'un bon petit cake au citron une jolie fraise... mmmmh !  

 

Préchauffez le four à 200°C.

Faites fondre le beurre 1 minute au micro-ondes.

Dans un grand bol, mélangez le sucre avec le beurre fondu. Ajoutez les zestes des citrons et incorporez les 3 oeufs un à un.

Tamisez la farine avec la levure au-dessus du bol et mélangez bien pour obtenir une pâte homogène.

Beurrez des petits moules à muffin (ou autre) et versez la pâte jusqu'au 3/4 de la hauteur. Enfoncez une fraise dans chaque moule et enfournez pendant 20 minutes.

Laissez refroidir sur une grille avant de déguster :-)

 

// écrit par nath // 29 mai 2016

© mi'dinettes  

 

* Choisissez des petites fraises pour qu'elles ne donnent pas trop de jus qui pourrait détremper la pâte pendant la cuisson.

Comme à chaque fois que vous avez besoin de zestes, utilisez des fruits BIO, ce sont les seuls qui ne sont pas traités avant ET après la récolte.

 

 


 

Depuis quelques semaines, je revis ! Comme chaque année (à me relire) celà correspond exactement avec le retour des beaux jours !

Les odeurs enivrantes du printemps, l'herbe fraîchement tondue, le petit déjeuner en terrasse, les mains plongées dans la terre à la chasse des mauvaises herbes, l'émerveillement en redécouvrant son jardin, les plantes que l'on avait presque oubliées le temps d'un hiver.

Bref, Didi is back !

J'ai profité de l'agrandissement de mon supermarché bio (oui oui parfois je fais des infidélités au sacro-saint marché d'Eghezée du dimanche [Roooh!]) pour remplir ma cuisine de légumes fabuleux comme ces aubergines que j'ai eu beaucoup de peine à couper en deux, tant elles étaient belles !

Ma super moitié et moi-même avions envie d'un repas printanier, hyper savoureux sans pour autant quitter la table … affamés !

Nous avons testé la recette en déclinant, tantôt uniquement végé, tantôt moit-moit ou encore 100% bidoche; je vous présente ici le bon compromis à la belge! 

 

Préchauffez le four à 200c°


Nettoyez les aubergines, coupez-les en 2 et videz-les en gardant la chair pour la farce. Détaillez-la en morceaux.

Sur une plaque allant au four, disposez les aubergines évidées, badigeonnées d'huiles d'olive, poivrez-salez gentiment.

Enfournez une quinzaine de minutes.

Pendant ce temps, émincez les oignons. Préparez simultanément la viande hâchée, la chair d'aubergine et la semoule de couscous.

Dans une poèle, faites revenir les pignons de pin [sans ajouter de matière grasse, surveillez-les afin qu'ils restent bien dorés] Une fois terminés, réservez-les. 

Dans la même poèle légèrement huilée, faites revenir la moitié des oignons, faites les fondre jusqu'à les caraméliser. Ajoutez la viande hâchée, la moitié de la coriandre et du persil, poivre-sel. [Ne la cuisez pas trop sinon elle sera trop sèche après le passage au four]

Pendant ce temps-là, faites bouillir de l'eau pour la semoule. [2 fois le volume de semoule] 

Dans une sauteuse, faites revenir la seconde moitié des oignons dans un peu d'huile. Une fois caramélisés, réservez-les pour le couscous et remplacez par la chair d'aubergine en morceaux. Poivrez-salez. En fin de cuisson (moyenne) Mélangez le persil hâché et deux gousses d'ail pressées.

Une fois l'eau bouillie, versez-là sur la semoule, mélangez à la fourchette et couvrez-là comme pour un taboulé [pendant une dizaine de minutes].

Coupez les tomates séchées en morceaux, émincez la seconde moitié de la coriandre ainsi que la feta.

Préparez le couscous en mélangeant la semoule assaisonnée [poivre-sel], agrémentée de bonne huile d'olive.

Ajoutez les oignons, les tomates séchées, les pignons, la coriandre et la feta émiettée. Les aubergines vides, sorties du four, farcissez-les en commençant par un lit de chair d'aubergines, une couché de hâché et terminez par le couscous. Enfournez à 180c° pendant 20 minutes jusqu'à ce que l'aubergine soit entre al dente et fondante [ni trop, ni trop peu]. 

Sortez-le du four et décorez de quelques feuilles de menthe et de coriandre que vous aurez gardées à cet effet. Pour un côté fraîcheur, accompagnez d'une petit sauce yaourt-menthe.

Bon ap!

 

// écrit par diane // 12 mai 2016

 

Pour les veggie 100%, la version full chair d'aubergine conviendra parfaitement. Ne pas hésiter à rajouter un peu de peps au couscous avec quelques zestes de citrons verts.

 

 

Depuis qu'Elisa est à l'école, il faut bien se plier aux congés scolaires. Voici donc que s'achèvent les vacances de Pâques, il est temps pour moi de trier mes photos :-) Cette année, nous sommes partis en famille en Normandie ! Région que j'adore.... Nous avons eu la chance de loger dans une maison située dans un petit village au pied des dunes... Le calme absolu. Au programme de cette semaine : balades, chasses aux coquillages, gâteaux et sapins de sable (oui, Elisa ne fait pas de châteaux mais bien des "sapins" de sable... allez comprendre)... Nous avons eu beaucoup de chance pour le temps mais nous avons dû, malgré tout, faire face à une après-midi particulièrement pluvieuse. Nous nous sommes donc mises à préparer une tarte par notre goûter histoire de 'passer le temps' de la plus douce des manières...

Cette recette de tarte est idéale quand vous n'êtes pas dans votre propre cuisine ! Elle ne nécessite que très peu d'ingrédients et de matériel et est facilement mémorable. La première fois que nous l'avions dégustée, c'est ma cousine Violaine (que je salue en passant ;-) ) qui nous l'avait préparée (en maison de vacances aussi)... Depuis, nous l'avons un petit peu remaniée et nous la faisons souvent quand les placards sont presque vides ou quand nous partons en vacances.

A la lecture des ingrédients, vous comprendrez bien vite que cette tarte n'a rien de 'light' mais on ne part pas en vacances pour faire régime ;-) Je pense d'ailleurs que ce sera la dernière recette de l'année de ce genre avant de se jeter corps et âmes sur les légumes primeurs du printemps...

 

Préchauffez le four à 180°C.

Etalez la pâte feuilletée dans un moule à tarte et piquez-la sur le fond. 

Etalez le sucre sur la pâte.

Mélangez la crème avec les oeufs et versez le mélange sur le sucre.

Enfournez pour 20 minutes environ (jusqu'à ce que la tarte soit dorée).

Laissez refroidir à température ambiante avant de déguster.

 

// écrit par nath // 13 avril 2016

© mi'dinettes  

 

* Si vous ne trouvez pas de cassonade, choisissez de la vergeoise. Elle fera très bien l'affaire ;-)

 

 
« DébutPréc12345678910SuivantFin »

Page 1 de 10