Accueil
Mi'dinettes
Mars
Carottes
Potiron
Topinambours
Chicon
Choux
Poireaux
Betteraves
Champignons
Céleri
Fruits secs
Pommes / Poires
Archives
Catégories
A voir aussi
Boîte à outils


Newsletter

A l'heure où j'écris cet article, je me gave de foie gras... à défaut d'en avoir gavé des oies pour le faire. Je vais vous confier ici une recette familiale plus que sublime juste agrémentée et mise en scène dans une raviole... il n'en fallait pas plus tant la recette se suffit à elle-même! On entend parler de toutes ces histoires de gavage par ces temps de fête mais je vais vous livrer ici de quoi épater la galerie sans créer la polémique autour de la table!... Merci kiki, merci didi :) Ce midi, nous avons eu le lunch de Noël au bureau; Tout le monde s'était dépassé une fois de plus... la règle étant de donner le meilleur de soi-même pour faire de ce repas une fête au bureau. Nous avons poussé les tables, décoré les murs et les fenêtres, parfumé la cuisine de truffe et de saumon fumé...le tout arrosé de bubulles! Le lunch parfait pour tout gourmet comme bibi! Le menu était tellement varié que je ne vous en ferai pas la description mais nos papilles en frémissent encore ce soir :) Je profite de cette dernière semaine pré-fêtes pour vous donner LE-TRUC-ULTIME-POUR-FAIRE-DE-VOUS-LE-KING ! C'est pas beau ça!!?Et en plus c'est animal's friendly et “topissimmement” pas cher!

 

Pour le foie de volaille allez dans votre boucherie préférée... il n'en sera que meilleur :)

 

Pour le foie gras :

Faites gonfler les raisins secs avec le porto et laissez reposer.

Pendant ce temps, faites cuire à feu doux le foie dans un peu de beurre et les feuilles de sauge. Quand le foie est bien cuit (pas trop), passez-le au mixer avec le le reste du beurre, les raisins (sans le porto... celui-là est pour vous ou pour une éventuelle sauce échalote porto...), poivrez-salez et rajoutez en dernier lieu la crème.

Réservez au frigo.

 

Pour les ravioles :

Faites cuire les feuilles de lasagne suivant le temps requis dans de l'eau bouillante salée. Refroidissez-les dans un bol d'eau froide avec un peu d'huile d'olive pour qu'elles ne collent pas trop. Coupez chaque feuille en deux et posez une càs de farce (foie gras) au centre d'une moitié de pâte. Refermez et poêlez les ravioles dans de l'huile d'olive. Servez seul ou accompagné de sauce au porto-échalote. (Pour l'occasion, je les ai coupées en trois chacune car il s'agissait plus de grignotage que d'entrée).

Bonnes fêtes!!

 

// écrit par diane // 17 décembre 2013

© mi'dinettes  

 

* Avec le foie gras restant (pour une famille de 15 :) vous pourrez épater la galerie ou faire des variantes de dégustation comme par exemple une tartelette de pâte feuilletée nappée de foie gras, recouvert à son tour de lamelles de potimaron et de brisures de sauge sechée, huilé et poivré par dessus et enfourné 25min à 200c°. A la sortie du four, parsemez de parmesan râpé! Et vous, quelles sont vos variantes?! 


 

 

Dans la série des super chouettes moments que nous passons grâce à Mi'dinettes, il y a… le dernier Workshop dans les ateliers d'Yves Mattagne à Tour & Taxis ! Endroit splendide dont la partie cuisine se trouve enfouie dans les caves de ce lieu mythique du paysage bruxellois…

Nous y étions invitées pour un atelier à l'occasion de la chandeleur... l'animation était faite par le Chef “tous genres confondus” (Nicolas Boussin)…, en ce sens que, non seulement il est excellentissime mais aussi super avenant, drôle et hyper intéressant de surcroît !… nous avons appris tellement de belles et bonnes choses sur la pâtisserie… le tout avec beaucoup de rires et de prises de notes comme au cours de chimie mais avec les bonnes effluves en plus! La pâtisserie nous est apparue comme quelque chose de super logique mais “impitoyable” ;)… faite de causes et de conséquences... bref… absolument génial d'avoir pu discuter et décortiquer chaque phase de préparation tant de la crème  pâtissière, de la pâte à chou que du caramel “à sec”… Raaaah, j'en salive encore… que j'en oublie de vous dire que tout cela était sous l''égide de Grand Marnier®… un de mes alcools de prédilection, ça tombe bien!

Ce divin breuvage n'est autre qu'une liqueur à base de Cognac et d'oranges (parfum d'agrumes et fraîcheur au rendez-vous!!) de plus, le “cordon rouge” est vieilli en fût de chêne et comme le vin, contient du tanin ce qui fait de lui bien plus qu'un parfum… un exhausteur de goût. Sa particularité est qu'il est long en bouche et persiste à la cuisson, ce qui est particulièrement intéressant pour des préparations où l'on le flambe ou l'insère dans l'appareil d'une pâte.

L’atelier a donc été donné en plusieurs phases et nous a permis de confectionner des choux à la crème de Grand Marnier… délicieux (je déteste la pâte à chou à la base… mais ça c'était avant !), des pains perdus à se damner, des pancakes au Grand Marnier et glace et enfin, les fameuses crêpes suzette ! Heureusement, chacun de nous avait prévu le coup de manger très léger sur le temps de midi!

Nous sommes tous repartis avec le fruit de notre travail (surtout d'Audrey, merci à elle !… on n'a qu'une chose en tête, à quand la prochaine!!? Place donc à l'une des recettes de Nicolas Boussin (M.O.F. Pâtissier 2000)

 

Pour environ 15 crêpes : 250 de lait - 50g de bière blonde - 100g d'œufs - 110g de farine - 25g de beurre - 15g de sucre - 1g de sel - 25g de liqueur de Grand Marnier

Versez sur la farine, le sel et le sucre. Ajoutez en deux fois les œufs et puis, progressivement, la bière et le lait. Versez le beurre fondu puis la liqueur. Laissez reposer si possible une nuit (c'est encore meilleur...mais 1h ça marche aussi)

 

Sauce suzette : 140g de sucre - 5g de zestes d'orange râpé fin - 3g de zestes de citron râpé fin - 200g de jus d'orange frais - 20g de jus de citron - 135g de beurre - 100g de liqueur de Grand Marnier

Faites caraméliser le sucre dans une poèle. Ajoutez les zestes puis versez le jus d'orange et le jus de citron. Laissez réduire et incorporez le beurre. Ajoutez les crêpes en les roulant dans la sauce (pliées en 4) puis versez la liqueur et faites flamber en arrosant les crêpes de sauce. Laissez mijoter deux minutes.

Servez aussitôt accompagné d'un peu de glace vanille.

 

 // écrit par diane // 21 janvier 2014

© mi'dinettes  

 

* Pour que les crêpes restent chaudes à souhait ?
Préchauffez les assiettes. Un petit truc de pro à reprendre sans modération.

Un petit bout d'histoire : Suzette était une amie du Prince de Galles, qui fréquentait beaucoup le Ritz au début du XXème siècle. Elle inspira le Chef renommé de l'établissement, Auguste Escoffier, qui lui dédia un dessert : une crêpe flambée à la liqueur de Grand Marnier® !

 

 

Haaaa, la bière! Si il y a bien un produit délicieusement belge, c'est celui-là! On n'y pense pas assez dans la cuisine mais il sublime les plats d'une façon toute particulière! Dernièrement, chemin faisant dans les allées du supermarché proche de mon travail, je compulsais leur magazine...et bien évidemment, la partie recette... entièrement consacrée à la bière! merci monsieur "simply you" (pour ne pas le citer). Comme  je suis dans ma phase, pain maison, leur recette de pain à la bière m'a évidemment sauté aux yeux. J'y ai ajouté ma petite touche perso mais la base reste la même ... on ne sait si l'on mange un cake, un pain allemand, un cramique mais quoi qu'il en soit, il s'accorde extrêmement "méchamment bien" avec le fromage et les fruits de saison tels les figues et les raisins. Petit clin d'œil, la bière est celle qui a été élue bière de Bruxelles par Le "beer Project", elle est est tout simplement délicieuse et légèrement amer... j'étais là lors de son élection et c'était évidemment mon choix (parmi quatre bières nommées : alpha, beta, gamma et la fabuleuse delta)... terrible soirée dans ce magnifique bâtiment qu'est le Brass, ancienne brasserie près de la gare du midi, juste à côté du Wiels (on est pas graphiste pour rien ;) Encore un petit détail concernant le pain, son odeur pendant la cuisson et la journée qui s'en suit rend votre foyer encore plus chaleureux...que du bonheur à portée de main!!

  

Dans un bol, versez la bière et la levure. Mélangez doucement, laissez reposer 5 minutes. Ajoutez l'œuf et le miel. Dans le bol de votre robot,mélangez le sel et les farines, ajoutez-y la préparation liquide en mélangeant doucement, ajoutez deux poignées de raisins secs, une poignée de graine de lin et une de graines de pavot. Pétrissez 5 minutes et laissez lever une heure ensuite.

Pétrissez à nouveau la pâte, versez dans le moule chemisé de papier sulfurisé et laissez lever 2h.

Préchauffez votre four à 230c°. Saupoudrez le pain de quelques graines de pavot après avoir entaillé à la suface du pain au couteau. Faites cuire pendant 30-40 minutes.

Pour que le pain "croûte" mieux, mettez un ramequin rempli d'eau dans le four.

 

// écrit par diane // 22 octobre 2013

mi'dinettes  

 

 

* si vous n'aimez pas ni la bière, ni le fait d'attendre que la pâte monte, il existe un peu partout sur le net une recette de pain sans pétrissage 10 minutes... vous pouvez toujours l'agrémenter à votre sauce...enfin, vous DEVEZ ;)



 


La saison des moules se clôturera officiellement  fin de ce mois, c'est pourquoi nous profitons des quelques jours restant pour vous en parler! De un, nous adorons les fruits de mer en tous genres… et les moules de Zeelande en particulier (nous avons déjà décliné plusieurs fois ce petit trésor de la mer si facile à travailler) et… de deux, elle reviendra vite (enfin pas trop quand même hein, d'abord l'été) …mais, si jamais l'envie s'en faisait cruellement sentir, vous pourriez quand même déroger à la règle, car, “ma bonne dame, yen a plus de saison!”

Le tout c'est qu'en pleine saison, elle sont "dodues" et moelleuses à souhait… incomparables! Nous avons pu le constater à plusieurs reprises cette année car nous avons été reçues en grandes pompes par des Chefs qui s'amusaient à la travailler sous toutes ses coutures (en tartares (donc crues), au barbecue, en accord terre-mer…) bref de quoi nous mettre l'eau à la bouche!.

Nous ne résistons pas à l'envie de vous partager une recette exquise que nous avons pu réaliser et déguster par la suite lors d'un atelier donné par le Chef Patrick Vandercasserie en son restaurant “De Mayeur” ce 4 mars passé. Le principe de la soirée était extra, nous étions en cuisine, entre chefs et bloggeurs, coupe de champagne à la main…. à la découverte des saveurs et accords de goût qui sublime la moule. Nous avons surtout pu déguster l'ensemble des plats et échanger nos impressions entre gourmets-gourmands que nous sommes tous! Nous avons choisi une recette qui nous ressemble bien, un “Cappuccino de moules au lait de coco&curry”! Une pure merveille!  

 

Pour 4 personnes :

2kg moules - 560g de lait de coco - 22cl de lait entier - 100g de mascarpone - 30g de gingembre - 5g de pâte de curry vert - 1/2 gousse d'ail - 1 cm de bâton de citronnelle - 4-5 branches de coriandre fraîche - sel, poivre, piment d'espelette

Râpez le gingembre, émincez la citronnelle, chauffez tous les ingrédients (hors moules), pendant 15 minutes à feu doux , mixez et passez au chinois pour en enlever le morceaux, assaisonnez.

Ajoutez les moules (sans la coquille) préalablement nettoyées et cuites à sec dans une casserole à couvert pendant 5 à 7 minutes de façon à ce qu'elles s'ouvrent et rendent leur jus.

Décorez de quelques feuille de coriandre et de piment d'espelette..

Agrémentez de riz pilaf ou de riz thai, enjoy!  

 

// écrit par diane // 26 mars 2014

© mi'dinettes

 

 

Et vous, vous les déclinez comment vos moules?  Nous , nos deux recettes fétiches de moules c'est : les moule à la normande et les moules à la thaïe

 

Nous revenons juste de la mer du Nord où Elisa a pu découvrir le sable, la mer, les trèèèès longues promenades sur la digue, le vent dans ses petits cheveux mais aussi le farniente ! C'est une très chouette destination pour un si petit bout et ce qui est maintenant certain, c'est que la petite puce apprécie beaucoup la côte !

Nos premières vacances en famille prennent fin... cette rentrée sonne aussi la fin de mon congé de maternité ! Pour revenir à une vie active après plus de 3 mois d'arrêt, j'avais envie de me préparer une petite douceur à déguster tranquillement dans mon petit cocon... Vous ai-je déjà dit que la fleur d'oranger (comme les graines de sésame) est pour moi une saveur dont je ne saurais me passer? j'en suis complètement fan (étonnant qu'il n'y ait pas plus de recettes sur le site qui la mettent en avant)...

Cette idée de crème à la fleur d'oranger m'est venue ce matin, dans mon bain (quand je vous disais que j'y allais en douceur ;-), en feuilletant un vieux bouquin que j'avais lu il y a quelques mois : 'C'est la nature qui a raison' de Maurice Mességué. L'auteur est un médecin de campagne du Sud de la France et nous explique l'importance des plantes potagères pour notre santé. Il a élaboré une quantité étonnante d'infusions, de cataplasmes, de décoctions... pour soigner tel ou tel maux. Mais avant tout, ce qu'il souhaite nous apprendre c'est l'importance de la nature pour notre santé. En mangeant varié, de saison, de préférence des végétaux, nous nous prémunissons de certaines maladies, de certains désagréments tout à fait évitables. Il dresse une liste de plusieurs plantes très communes de nos assiettes et nous explique les atouts de chacune d'elle... à nous d'user (et parfois d'éviter) certaines en fonction de nos fragilités propre. A la fin du bouquin, il nous livre quelque recettes dont cette petite crème qui m'a tout de suite fait de l'oeil... j'ai légèrement adapté sa recette à mon goût et en voilà le résultat. En ce qui concerne la fleur d'oranger, elle est tout à fait conseillée pour les femmes allaitantes (tout comme le fenouil) et favoriserait le sommeil... du tout bon pour moi !  

 

Délayez la maïzena dans un peu de lait froid. Faites bouillir le lait dans un poêlon et ajoutez le sucre. Baissez le feu.

Battez les jaunes et blancs d'oeuf et versez dans la lait avec l'eau de fleur d'oranger. Il est important de ne plus faire bouillir le mélange.

Mélangez la crème pendant un petit quart d'heure. Comme pour une crème anglaise, le mélange dans napper le dos qu'une cuillère. Versez dans des ramequins et laissez refroidir au frigo une nuit.

Servez bien frais.

 

 

// écrit par nath // 31 août 2013

© mi'dinettes  

 

* Je congèle toujours les blancs d'oeuf quand j'ai juste besoin du jaune pour une recette. Ils me servent à confectionner des petits rochers comme ceux-ci.

 
« DébutPréc12345SuivantFin »

Page 1 de 5