Accueil
Mi'dinettes
Mai
Carottes
Radis
Topinambours
Chicon
Choux
Poireaux
Betterave
Salade de blé
Céleri
Rhubarbe
Fraises
P'tites fourchettes
Catégories
Archives
A voir aussi
Boîte à outils


Newsletter


 

Depuis quelques semaines, je revis ! Comme chaque année (à me relire) celà correspond exactement avec le retour des beaux jours !

Les odeurs enivrantes du printemps, l'herbe fraîchement tondue, le petit déjeuner en terrasse, les mains plongées dans la terre à la chasse des mauvaises herbes, l'émerveillement en redécouvrant son jardin, les plantes que l'on avait presque oubliées le temps d'un hiver.

Bref, Didi is back !

J'ai profité de l'agrandissement de mon supermarché bio (oui oui parfois je fais des infidélités au sacro-saint marché d'Eghezée du dimanche [Roooh!]) pour remplir ma cuisine de légumes fabuleux comme ces aubergines que j'ai eu beaucoup de peine à couper en deux, tant elles étaient belles !

Ma super moitié et moi-même avions envie d'un repas printanier, hyper savoureux sans pour autant quitter la table … affamés !

Nous avons testé la recette en déclinant, tantôt uniquement végé, tantôt moit-moit ou encore 100% bidoche; je vous présente ici le bon compromis à la belge! 

 

Préchauffez le four à 200c°


Nettoyez les aubergines, coupez-les en 2 et videz-les en gardant la chair pour la farce. Détaillez-la en morceaux.

Sur une plaque allant au four, disposez les aubergines évidées, badigeonnées d'huiles d'olive, poivrez-salez gentiment.

Enfournez une quinzaine de minutes.

Pendant ce temps, émincez les oignons. Préparez simultanément la viande hâchée, la chair d'aubergine et la semoule de couscous.

Dans une poèle, faites revenir les pignons de pin [sans ajouter de matière grasse, surveillez-les afin qu'ils restent bien dorés] Une fois terminés, réservez-les. 

Dans la même poèle légèrement huilée, faites revenir la moitié des oignons, faites les fondre jusqu'à les caraméliser. Ajoutez la viande hâchée, la moitié de la coriandre et du persil, poivre-sel. [Ne la cuisez pas trop sinon elle sera trop sèche après le passage au four]

Pendant ce temps-là, faites bouillir de l'eau pour la semoule. [2 fois le volume de semoule] 

Dans une sauteuse, faites revenir la seconde moitié des oignons dans un peu d'huile. Une fois caramélisés, réservez-les pour le couscous et remplacez par la chair d'aubergine en morceaux. Poivrez-salez. En fin de cuisson (moyenne) Mélangez le persil hâché et deux gousses d'ail pressées.

Une fois l'eau bouillie, versez-là sur la semoule, mélangez à la fourchette et couvrez-là comme pour un taboulé [pendant une dizaine de minutes].

Coupez les tomates séchées en morceaux, émincez la seconde moitié de la coriandre ainsi que la feta.

Préparez le couscous en mélangeant la semoule assaisonnée [poivre-sel], agrémentée de bonne huile d'olive.

Ajoutez les oignons, les tomates séchées, les pignons, la coriandre et la feta émiettée. Les aubergines vides, sorties du four, farcissez-les en commençant par un lit de chair d'aubergines, une couché de hâché et terminez par le couscous. Enfournez à 180c° pendant 20 minutes jusqu'à ce que l'aubergine soit entre al dente et fondante [ni trop, ni trop peu]. 

Sortez-le du four et décorez de quelques feuilles de menthe et de coriandre que vous aurez gardées à cet effet. Pour un côté fraîcheur, accompagnez d'une petit sauce yaourt-menthe.

Bon ap!

 

// écrit par diane // 12 mai 2016

 

Pour les veggie 100%, la version full chair d'aubergine conviendra parfaitement. Ne pas hésiter à rajouter un peu de peps au couscous avec quelques zestes de citrons verts.

 

 

Depuis qu'Elisa est à l'école, il faut bien se plier aux congés scolaires. Voici donc que s'achèvent les vacances de Pâques, il est temps pour moi de trier mes photos :-) Cette année, nous sommes partis en famille en Normandie ! Région que j'adore.... Nous avons eu la chance de loger dans une maison située dans un petit village au pied des dunes... Le calme absolu. Au programme de cette semaine : balades, chasses aux coquillages, gâteaux et sapins de sable (oui, Elisa ne fait pas de châteaux mais bien des "sapins" de sable... allez comprendre)... Nous avons eu beaucoup de chance pour le temps mais nous avons dû, malgré tout, faire face à une après-midi particulièrement pluvieuse. Nous nous sommes donc mises à préparer une tarte par notre goûter histoire de 'passer le temps' de la plus douce des manières...

Cette recette de tarte est idéale quand vous n'êtes pas dans votre propre cuisine ! Elle ne nécessite que très peu d'ingrédients et de matériel et est facilement mémorable. La première fois que nous l'avions dégustée, c'est ma cousine Violaine (que je salue en passant ;-) ) qui nous l'avait préparée (en maison de vacances aussi)... Depuis, nous l'avons un petit peu remaniée et nous la faisons souvent quand les placards sont presque vides ou quand nous partons en vacances.

A la lecture des ingrédients, vous comprendrez bien vite que cette tarte n'a rien de 'light' mais on ne part pas en vacances pour faire régime ;-) Je pense d'ailleurs que ce sera la dernière recette de l'année de ce genre avant de se jeter corps et âmes sur les légumes primeurs du printemps...

 

Préchauffez le four à 180°C.

Etalez la pâte feuilletée dans un moule à tarte et piquez-la sur le fond. 

Etalez le sucre sur la pâte.

Mélangez la crème avec les oeufs et versez le mélange sur le sucre.

Enfournez pour 20 minutes environ (jusqu'à ce que la tarte soit dorée).

Laissez refroidir à température ambiante avant de déguster.

 

// écrit par nath // 13 avril 2016

© mi'dinettes  

 

* Si vous ne trouvez pas de cassonade, choisissez de la vergeoise. Elle fera très bien l'affaire ;-)

 

 

Lorsque Carrefour nous a proposé de participer à un concours sur le stoemp dans la cadre de sa campagne "Devenons Belgétariens", nous n'avons pas résisté longtemps à y participer !

Peut-être que pour certains, le "stoemp" n'est pas une évidence ;-) alors, KESAKO ? Le stoemp est une purée grossière qui mélange des pommes de terre et des légumes. Par facilité, j'ai l'habitude de les cuire ensemble et de tout écraser en même temps. On y ajoute un peu (ou carrément beaucoup) de beurre et de lait, pourquoi pas un peu de fromage, un jaune d'oeuf, des herbes, des épices... C'est tellement simple et rapide, tellement intuitif, que vous pouvez y mettre tout ce qui traine dans votre frigo... C'est aussi un excellent plat pour faire manger des légumes de saison à vos enfants ! Accompagné d'une bonne saucisse ou d'une tranche de jambon, je vous garantis déjà que vos minis vous en demanderont encore... et le Bonus Suprême, c'est qu'il se congèle super bien !!! Donc, quand vous en préparez, n'hésitez pas à en faire une grosse casserole et à en congeler... 

Pour ce concours, nous étions déjà très motivées de mettre à l'honneur les produits locaux et de saison, c'est vraiment notre truc :-) Ensuite, le stoemp étant un plat que nous faisons très souvent, c'était donc l'occasion pour nous d'imaginer deux recettes qui sortent un peu des sentiers battus (du moins qui changent un petit peu nos habitudes) :

Diane est partie sur des saveurs sucrées-salées qu'elle affectionne tant... Ce stoemp poireaux, pommes avec un twist de gingembre, vous permettra de servir cette purée avec du poisson blanc et même de le sortir un peu de sa saison de prédilection en le servant, pourquoi pas, lors d'une soirée d'été ?

Personnellement, c'est dans le fond de mon potager que j'ai encore puisé mon inspiration... Je trouve si simple d'associer les saveurs de saison ensemble que parfois, il suffit juste de ramasser ce qui se présente à nous pour concocter un bon petit plat. Mettre les mains dans la terre et revenir en cuisine avec quelques topinambours à associer avec les pommes de terres et les noisettes cueillies plus tôt... quel bonheur !

 

 

1. Stoemp aux poireaux, pommes et gingembre (4 pers)

2 pommes / le zeste d'un demi citron / 6 càc de gingembre frais râpé / 2 poireaux / 1 oignon / 500 gr de pommes de terre / 100 gr de beurre / 1 bouquet garni / crème fraîche / sel&poivre / noisettes concassées

Nettoyez et émincez l'oignon et le poireau.

Pelez les pommes et les pommes de terre et les coupez en morceaux.

Dans une casserole d'eau bouillant salée, plongez les oignons, les poireaux et les pommes de terre, parfumez d'un bouquet garni.

Dans un poêlon, faire revenir dans un peu de beurre la pomme en morceaux et le gingembre râpé.

Quand les pommes de terre sont cuites (environ 20 minutes), égouttez le tout.

Faites revenir dans le reste de beurre et versez un filet de crème. Assaisonnez de sel et de poivre et incorporez la moitié des zestes et les pommes. Bien mélanger sans trop écraser.

Au moment de servir, faire des "quenelles" saupoudrées de noisettes concassées et d'un peu de zestes.

 

2. Stoemp de topinambours et noisettes (4 pers)

500 gr de pommes de terre / 500 gr de topinambours / 80 gr de noisettes entières / 100 ml de lait / 1 pincée de noix de muscade / sel&poivre / huile de noisettes & noisettes grossièrement hachées pour le service

La vieille, faites tremper les noisettes dans un bol d'eau froide.

Portez une grande casserole d'eau salée à ébullition.

Pelez et coupez en cubes les pommes de terre et les topinambours. Laissez cuire pendant 20-25 minutes jusqu'à ce que les légumes soient bien cuits.

Pendant ce temps, mixez les noisettes et le lait (avec un bon mixeur) jusqu'à obtenir une "crème" de noisettes homogène.

Egouttez les légumes et écrasez grossièrement avec la crème de noisettes. Bien mélanger.

Servez avec un filet d'huile de noisettes et quelques noisettes concassées.

 

// écrit par nath // 17 mars 2016

© mi'dinettes  

 

* Choisissez des pommes de terre de type "Bintje", elles sont idéales pour réaliser les stoemps et purées... mais aussi pour faire vos frites maison, mais ça, c'est une autre histoire ;-) Vous trouverez plus d'infos sur le stoemp en parcourant ce lien. 

Edit : C'est notre copain Greg (Cook 'n' Roll) qui a remporté l'Oscar du meilleur Stoemp made in Belgium... :-) Retrouvez sa recette ici !

 

Je savais qu'une fois le réveillon du nouvel an passé, les jours allaient s'enchaîner à une vitesse folle... et pour cause, 2016 marque le début de deux grandes aventures pour notre famille.

Tout d'abord, Elisa est (déjà!!) rentrée à l'école ! Elle a fait ses premiers pas au sein de sa nouvelle école à la rentrée de janvier... Elle a super bien géré ce changement de cap (il faut dire qu'elle attendait cette rentrée avec beaucoup d'impatience - moi un peu moins ;-) ) et nous parle déjà de ses nouveaux petits copains avec qui elle aime particulièrement jouer... Personnellement, cette rentrée me semble plus difficile à vivre... je dois apprendre à ne RIEN savoir sur ce qu'elle fait de sa journée, à la récupérer tous les jours complètement débraillée et à courir derrière ses affaires tous les soirs à travers les couloirs l'école... Je l'ai même récupérée un jour avec, à ses pieds,  les chaussures d'un autre enfant...  Bref, je serre un peu les dents et me persuade que je vais vite m'habituer à cette nouvelle vie... le plus important de toute façon, c'est qu'elle rentre heureuse de l'école et impatiente d'y retourner le lendemain !

Le deuxième gros changement est que nous nous préparons à vivre quelques gros mois de chantier dans notre maison... c'est une étape importante pour nous, et elle commence, inévitablement, par un énorme tri de toute la maison... nous remplissons donc avec beaucoup d'acharnement les bennes pour les Petits Riens, les contenaires des encombrants et essayons de revendre ça et là nos affaires qui ne nous servent plus... je peux vous dire qu'après ce gros tri, on fera plus attention à ce qui rentrera chez nous après les travaux !! C'est incroyable le nombre de chose qu'on garde juste pour le 'au cas où'... bref, ça nous demande beaucoup d'énergie mais ça fait un bien fou de se délester de toutes ces affaires qui ne font qu'encombrer notre maison et notre vie !

Entre les changements d'horaire dûs à l'école et nos caisses, nous essayons, malgré tout, de prendre du bon temps avec Elisa... étant donné que tous ces changements me donnent envie de faire "bien" les choses... j'avais décidé, la veille de la rentrée, de faire ces petits cookies avec Elisa pour ses collations de la semaine... Pour cette recette je me suis inspirée d'un petit livre très sympa 'N'oublie pas ta boîte à tartines!" de Aude Lafait (éditions Soliflor). J'ai été séduite par la simplicité de cette recette, j'y ai ajouté des morceaux de chocolat pour plus de gourmandise :-P (Bon, tout ça, c'était avant de savoir que les collations de l'école ne pouvait être composées QUE de fruits, fruits secs et tartines... finalement, je ne peux qu'approuver !). 

 

Préchauffez le four à 180°C.

Hachez très grossièrement le bâton de chocolat.

Mélangez tous les ingrédients dans un bol jusqu'à obtenir une pâte homogène.

Disposez un papier sulfurisé sur une plaque de cuisson.

Façonnez des petites boules de pâte (de la valeur d'une cuillère à café plus ou moins) et acrésez les un peu avec une fourchette.

Enfournez et laissez cuire pendant 20 minutes. 

 

// écrit par nath // 17 janvier 2016

© mi'dinettes  

 

* à mon avis, ça doit aussi être bien sympa avec de la purée d'amandes blanches ;-)

 

 

Maintenant que nous avons Elisa, la fête de Saint Nicolas prend un tout autre sens ! Quand nous étions petites, nos parents mettaient en scène la venue du Grand Saint d'une telle manière que nous n'avions compris leur doux mensonge que très tard... Nous y avons cru 'dur comme fer' pendant longtemps et j'ai toujours trouvé injuste que mes parents eurent la chance de croiser Saint Nicolas de manière régulière, au détour d'un magasin ou d'un restaurant, mais que nous le loupions à chaque fois... En tout cas, nous nous tenions 'à carreau' car nous n'étions pas à l'abri qu'ils révèlent à Saint Nicolas nos petites bêtises et que le grand barbu décide de nous punir en nous supprimant un ou deux cadeaux tant attendus !

Mais la fête ne se résume pas qu'aux cadeaux, il y a aussi toute la préparation de sa venue qui marque le début des fêtes de fin d'année. D'abord et c'est la condition indispensable... penser à être très sage dès la fin novembre ! Ensuite, récolter tous les catalogues de jouets qui remplissent nos boîtes aux lettres et passer une après-midi entière à découper et coller les beaux jouets que nous aimerions bien recevoir. Pour que ça ne fasse pas trop "intéressé", penser aussi à lui écrire une jolie lettre et pourquoi pas (ou pour les plus petits) un joli dessin ! La veille du jour J, déposer nos pantoufles devant la cheminée sans oublier une carotte ou un sucre pour son âne et un petit verre de Wisky (Pauvre Saint Nicolas, tout ce chemin a dû lui donner bien soif !). J'ai tout de même toujours trouvé étrange que chez certains copains de classe, Saint Nicolas préférait un verre de vin ou un verre de bière ou bien même un verre de lait... allez comprendre... Chez nous, ce sera un verre de Calvados qu'Elisa préparera avant d'aller se coucher ;-) Une fois que tout est prêt, les enfants vont au lit et, durant la nuit, le Grand Saint et son âne entre dans chaque foyer par la cheminée pour faire 'sa petite affaire' (vu la configuration de la cheminée chez nous, je n'ai jamais compris comment ce bonhomme faisait et encore moins son âne !).

La matin du 6 décembre, autant dire que les enfants sont plutôt d'humeur matinale... chez nous, Saint Nicolas prenait soin de fermer la porte du salon à clé et de la confier à mes parents histoire de leur assurer quelques heures de sommeil en plus ;-) Une fois que tout ce petit monde debout, la tension est à son comble et nous pouvions ENFIN découvrir si le Grand Saint était passé. Nous contrôlions toujours si le verre de whisky était bien vide (preuve ultime que Saint Nicolas s'était bien arrêté chez nous... sinon, le verre serait encore plein, vous comprenez bien ;-) ) et la carotte à moitié mangée par l'âne... Nous voilà rassurées, place aux déballages de cadeaux et mise en commun des confiseries. Le salon était rempli de cadeaux, de mandarines, de spéculons et de massepain ! De quoi faire tourner la tête aux plus incrédules !

Quand je me remémore ces moments, j'en ai encore des étoiles dans les yeux ! Maintenant, c'est à nous de faire vivre ces moments magiques à Elisa et c'est avec beaucoup d'excitation que je prépare méthodiquement cet évènement. Et comme chaque foyer a ses propres traditions, à nous de créer les nôtres en se basant sur ce que nous avons vécus étant petits. Et je dois dire que de passer l'après-midi à confectionner du massepain ferait bien partie de ce que j'aimerai reproduire dans les années à venir.

En parlant de Saint Nicolas et de cuisine, savez-vous que quand, le soir, le ciel se pare de 1000 couleurs allant du rose à l'orange, il se dit ici que c'est Saint Nicolas qui fait cuire des spéculos ;-) 

Traditionnellement, le massepain n'est composé que d'amandes et de sucre. Pour accentuer le goût des amandes, vous pouvez y ajouter quelques gouttes d'extrait d'amandes amères. Je ne le fais pas ici car je parfume ma pâte avec des zestes de mandarines (si vous ne trouvez pas de mandarines bio, n'hésitez pas à le remplacer par le zeste d'une orange bio, ce sera tout aussi bon !) 

 

Mélangez tous les ingrédients en pétrissant longuement pour obtenir une pâte bien homogène et non collante.

Laissez la pâte d'amandes reposer au frigo deux heures.

Préchauffez le four à 150°C.

Aplatissez la pâte pour obtenir une épaisseur de 5mm environ et découpez-la à l'aide d'un emporte pièce.

Disposez les formes sur un papier de cuisson sur une plaque allant au four et enfournez pendant 20 minutes.

Sortez les massepains du four et laissez refroidir sur la plaque. 

 

// écrit par nath // 4 décembre 2015

© mi'dinettes  

 

* Vous pouvez préparer du massepain cru... procédez de la même manière mais n'enfournez pas le massepain. Conservez-le en 'boudin' dans du film alimentaire au frigo.

Vous pouvez parfumer le massepain (ou non) avec des zestes d'orange, de l'eau de fleur d'oranger ou de rose, de la cannelle, du cacao, des morceaux de noix très finement hachés ou avec des Huiles Essentielles de bergamote ou de citron par exemple (en prenant les précautions d'usage).

 

 
« DébutPréc12345678910SuivantFin »

Page 1 de 10